Destination Beauce
Aller directement au contenu
Vous avez aimé cette page? Pourquoi ne
pas la partager!
x

Au royaume de l'érable

Au royaume de l'érable

4 février 2013

En fait, nous avons en Beauce, la plus grande concentration d'érables à sucre et de cabanes à sucre dans la province de Québec avec environ 2600 érablières afin d'arriver à près de 20 % de la production mondiale. De plus en plus, les techniques pour recueillir cette sève sucrée sont très élaborées technologiquement ; retournons voir comment nos ancêtres s'y prenaient dans le passé.

Avant les années 1600, les Amérindiens avaient déjà commencé à récolter la sève des érables à sucre. Comment la découverte d'une eau si sucré s'est-elle faite? Selon la croyance, ce serait en observant un écureuil en train de s'abreuver, qu'un Amérindien aurait découvert qu'en faisant une entaille dans l'arbre, une sève bonne au goût en sortirait. Le temps des sucres a donc vu le jour il y a très longtemps, sans outil aussi bien adapté qu'aujourd'hui. Les Amérindiens entaillaient les arbres avec une hache (tomahawk), y inséraient une éclisse de bois (goutterelle) et se servaient de récipients d'écorce en forme de cône ou autre, qu'ils attachaient aux érables ou déposaient au pied de ces derniers afin d'en recueillir la sève.

Lorsque les premiers colons arrivèrent, les Amérindiens leur transmirent les techniques pour récolter la fameuse eau d'érable. Plus avancés côté technologie, les colons ont perfectionné la technique pour amener l'eau d'érable jusqu'au sucre d'érable en faisant bouillir celle-ci. Par la suite, ils remplacèrent les outils en bois et en écorce pour recueillir la sève par des outils en fer, ceux-ci étant plus solides. Suite à l'évolution des méthodes de cuisson et des matériaux utilisés pour le temps des sucres, on vit le premier système de tubulure arrivé dans les années 1970. Cette invention permit de réduire les dépenses de temps et d'argent, tant en transport qu'en effort pour « courir les érables ». C'est donc comme cela que les acériculteurs commencèrent à agrandir leur cabane à sucre et leur bouilleuse pour augmenter la production de sirop d'érable et autres produits pour combler la demande de plus en plus forte des Beaucerons et des gens partout au Québec. Suite au succès montant de la production des produits de l'érable, les producteurs de sirop d'érable se virent accorder par le Pape Pie XII le droit de commencer à invoquer Notre-Dame-des-Érables pour la bénédiction de leur érablière. C'est donc pour cela que dans certaines cabanes à sucre, aujourd'hui encore, il est possible de trouver une petite statuette de Notre-Dame-des-Érables.

Depuis le début de la colonie beauceronne, le temps des sucres est une tradition festive qui continuera, peu importe l'époque.

 

Source : Musée Marius Barbeau

« Retour

  • Dernière mise à jour : 23 octobre 2017
  • Réalisation : Numérique.ca
  • © 2017 - Destination Beauce

Destination Beauce
11509, 1re Avenue
Saint-Georges, Québec, Canada
G5Y 2C7
Téléphone : 418 386-4499
Sans frais : 1 877 9BEAUCE
Courriel :

Imprimé le : 23 octobre 2017